Le Tréponème Bleu Pâle

23 novembre 2014

FANTAISIE CULINAIRE ...

 

 

... un peu de tenue

 

 

 

Jackpot

 

 

PIggy

Collage : S. BATSAL

 

 

Posté par leoncobra à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 novembre 2014

LIGNE de MIRE ...

 

 

... à tu et à toi

 

 

TBP 2000 GRis-pâle

 

 

Passeport BE

Collage: Thierry Tillier

 

 

Posté par leoncobra à 12:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2014

RISQUES et PéRILS ...

 

 

... HOUBLON TOXYQUE

 

 

Révoltés 2000

Eddie and the hot rods

 

 PUNKS à Mont-de-Marsan / 1976-1977

Mont de Marsan

En août 1976, un premier festival PunK s'était déroulé à Mont de Marsan réunissant à peine 350 personnes autour d'une scène Pub-Rock dominée par Eddie & the Hot Rods.

L'année suivante les 5 et 6 Août 1977, l'affiche proposait derrière les CLASH, the Damned, Police, Doctor FeelGood ( sans Wilko ) et coté français, Bijou, Asphalte Jungle, Electric Callas & Marie et les Garçons pour le plus grand plaisir des 4000 spectateurs de cette nouvelle cuvée.

CLASH the CLASH

 

Strummer

En exclusivité pour le N° 2000 du Tréponème Bleu Pâle,

deux photos Backstage,

de Patrick Fontaine, l'ancien bassiste d'AME SON,

mettant en scène Joe Strummer, chanteur des CLASH,

Topper Headon, batteur des CLASH et Richard Christy, batteur des DAMNED.

CLASHDAMNED

et en prime un dessin d'ASPIC

représentant David Letts alias Dave Vanian,

le chanteur ultra maquillé des Damned,

à l'allure gothique,

bien avant Marilyn Manson !!!

Damned ASPIC

 

 

The Damned - New Rose (1976) (HD)

 

 

Posté par leoncobra à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2014

MONOLITHE ...

 

... FILIPENDULE

 

 

Sup2000

 

 

JJUIN

Collage: Jacques Juin

Posté par leoncobra à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2014

POST - SCRIPTUM ...

 

 

... VERTIGES

 

 

 

TF LADIES

Chemin 2000

 

Météores

 

Pluie de météores

 

Le départ

Fin de l'épisode ...

 

Retrouvez les filles de TF LADIES,

rédactrices du Webzine, le Castor Magazine :

http://www.lecastormagazine.com/

 

alphabet des aveux

 

 

Posté par leoncobra à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



18 novembre 2014

CIEL de TRAINE ...

 

 

... UNE PLUIE de MéTéORES

 

 

 

Mondial 2000jpg

TF LADIES

TF LADIES escalade les Météores

 

 

Réveil

 

Mi-juin dans la matinée, une chaleur caniculaire envahie déjà le village de Kastraki, environné de Météores. Une lumière fabuleuse s’engouffre à travers les pitons rocheux,libérant une teinte de rêve. L’église du village, complètement détraquée, continue de sonner midi alors qu’il n’est que dix heures...

 

Tortue

 

Les Météores, mystérieuses et magnétiques

 

Monastère

 

 LA SUITE ... DEMAIN !

 

Posté par leoncobra à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2014

Féline Fébrilité ...

 

 

... EX-VOTO

 

 

N° 2000 PB

 

Poème pour Tréponème Bleu Pâle

La descente des eaux

 Le toboggan des montagnes

La découverte de l'infini

ou bleu marine

 

Je descends les rivières agitées

par le flot continu des glaciers

Des hippies nus dans leurs bassins

remuent l'eau claire avec leurs sexes d'un coup de rein

 

Je me soucie peu des halages fluviaux

qui disparaissent sous les herbes hautes

pendant que la mélancolie des vieux

harponnent les poissons aux queues argentées

 

Je jette aux lacs en chapelet

 mes vieilles frusques déchirées

Arrivé à la mer comme une eau douce

je lave mes plaies de couleur

 

Des enfants dodus de vacances

regardent les bateaux blancs de plaisance

Ils mâchent les tiges d'herbe

en attendant les goûters de leurs mères laiteuses

 

Quand la tempête sonne le rivage

d'étranges bois qui sentent le naufrage

marchent  à reculons sur la plage

pendant que les galets arrondissent leur fin de mois

 

Je nage enfin dans les vagues douces

des enfants émerveillés du grand large

Les algues vertes recouvrent mes membres

comme un espoir délaissé pour vivre de rage

 

Baigné jusqu'à la tête de poèmes

j'abandonne au loin les mots sages

 pour attaquer les rochers plein d'assurance

et balloter des vers encanaillés en nourriture de poisson

 

Les délires bleutés de souffrance

le rougeoiement des arbres d'automne

et le scintillement des étoiles aux nuits noires

s'évertuent à remonter la pente

 

Je vais crever les yeux des éclairs

courber les bras des nuages blancs

et sur le soleil jeter des pierres infinies

jusqu'au sommeil des montagnes érigées

 

 Benoist   Magnat

écrit septembre 2014

 

AKA2000

Illustration: Alain KUGEL

 

Posté par leoncobra à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2014

PLEIN GAZ ...

 

 

... TIREZ sur le PIANISTE !

 

 

 

Poisson lourdel 2000

 

 

CARTON JAUNE

Lourdel plein gaz

DESSINS: Jean-Claude LOURDEL

 

Lourdel le pianiste

 

 

Posté par leoncobra à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2014

NEZ à NEZ ...

 

 

... Les petits mouchoirs

 

 

 

H1N1

 

Qui a éternué ?

N'avez-vous pas éternué ?

Quelqu'un n'a-t-il pas éternué ?

N'aurait-il pas été possible de se contenir,

de contenir, je vous le demande, au moins le temps de ce poème, les manifestations grippales les plus manifestes ?

Te rends-tu compte que lorsque tu vas capituler néanmoins, sera pulvérisé dans l'atmosphère déjà assez considérablement viciée de ton lieu de travail, un nuage nocif et virulent de pesticules dont il est certes difficile de deviner les intentions, ni l'évolution future, mais que l'on décrit, les plus hautes autorités médicales et politiques s'entendent à le faire, comme véloces et agressifs, et qui se disperseront pernicieusement dans la soupe atmosphérique où tu baignes, où s'agitent et transpirent tes chers et moins chers collègues ?

Ne feins de vouloir ouvrir la fenêtre, ces baies vitrées ne béent point, tu le sais ; le bouillon tiède du bocal est aspiré sans cesse, refoulé et brassé en un recyclage permanent au travers des étages, dans le cycle accéléré des réincarnations et mutations, sous le fouet mécanique de la climatisation !

As-tu dirigé, lorsque tu éternuas, ton souffle marmitteux dans le creux de ton coude ?

As-tu alors avec suffisamment de soin essuyé la morve mortifère dégouttant de ton nez, la salive de tes lèvres dans un léger carré de cellulose jetable, désigné sous le terme complaisant de mouchoir ?

(Il n'est pas interdit, faute de mouchoir jetable, avec toutefois davantage de précaution afin de ne point t'écorcher les narines, d'utiliser un torche-cul non moins jetable issu, plus grossièrement certes, de la même matière cellulosique.)

As-tu jeté le mouchoir jetable ou le torche-cul jetable dans la corbeille jetable destinée à cet usage exclusif ? T'es-tu lavé la bouche après avoir plus ou moins bisouillé, plaisir du matin, la douce peau doucereusement pathogène de Suzie ?

As-tu, aussitôt expectorée cette fantastique nuée d'êtres infréquentables, vicieux et mutants et féroces autant que des fourmi-lions, jeté ton pull en laine lavable dans un sac hermétiquement clos à usage unique ?

As-tu fait le tri entre les textiles simplement souillés de la sueur ordinaire, l'urine et de la merde ordinaires, et autres indéfinissables salissures ordinaires, entre ceux-ci disais-je (d'une part), et de l'autre ceux-là irradiés par les particules virales ?

Si tu n'as toi-même éternué en direction de ton coude, n'as-tu fréquenté un local insalubre, croisé un ami douteux à la sollicitation duquel tu as cédé et dont tu as pulsionnellement serré la pogne insane ?

Ne serait-il prudent en conséquence de rejeter au plus vite ta vêture du jour ?

N'allez brûler dans vos jardin les pulls contaminés au coude, vous participeriez à l'expansion du trou dans l'écorce d'ozone. A la main, lavez à la main vos pulls contaminés au coude, vous consommeriez sinon, à utiliser à l'étourdie votre machinerie électrique, une quantité insensée d'énergie, d'origine atomique selon la plus forte vraisemblance. Et n'usez non plus trop d'eau pour une lessive devenue plus fréquente (vous n'avez en vérité rien à vous mettre), pensez à ceux qui lèvent le doigt au fond de la classe pour aller humecter leurs lèvres à un fond d'écuelle bourbeux, d'un triste fleuve sans hippopotame.

Ce 11 septembre 2009 / Claude Vercey

 

 

lesjambesàsoncou

Les jambes à son cou  ( J.P. PAILLER )

 

Posté par leoncobra à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2014

OBSTINATION ...

 

 

... Xénarthes ( édentés )

 

 

senegal_2000FRANCS

 

TATOU

 

Mais quand t’as tout

Tu crois t’as quoi

Tu crois te manque rien

Quand tu crois t’as tout !

 

Et tout de toute tournure

Tu l’as jamais, tout, trop dur !

Jamais t’as tout

Et tu joues ton va-tout à tout va !

 

Pour le coup casse-cou

Tu mises tout sur rien

Et t’as plus rien du tout

Ou tout au plus des os à toutou

Perdus au fond d’un trou

 

Un point c’est tout

 

Alain Helissen

http://alainhelissen.over-blog.com

 

mobilier socialo

 

Posté par leoncobra à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »