Le Tréponème Bleu Pâle

04 juillet 2018

CANICULE BRASILLANTE ...

 

 

... EMBARQUEMENT IMMéDIAT

 

 Maison Bleue

 

Ne fermez pas les routes derrière vous,

les séismes s'en chargeront !

( Léo Mallet / 1942 )

 

Seul

 

J'ai renversé mon encrier sur le calendrier...

............................ HORIZONS (é)PERDUS !!!

 

clip de fin

 

Posté par leoncobra à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 juillet 2018

VOIX DéCHIRéES ...

 

... Back Stage

 

GASP

Archive: GASP au Bunker / Cobra + Pato / 1979 /

 

Métal de Mort

( Play for Paris )

/ 2'30 /

 

J'entends plus la guitare,

J'entends plus les amplis.

J'entends plus le sitar,

J'entends plus la batterie.

 

C'est un silence de Mort

Silence de Mort !

 

Juste un larsen.

l'anathème

Vendredi 13

Vendredi 13

 

Chairs crues

plaies ouverte

le cantique déraille

 

Chairs crues

plaies ouverte

Litanie grenaille

 

encor et encore

des amas  des corps

encor et encore

des blessés, des corps

 

JOUEZ pour PARIS

JOUEZ pour PARIS

JOUEZ pour PARIS

JOUEZ pour PARIS

 

PLAY for PARIS

PLAY for PARIS

PLAY for PARIS

PLAY for PARIS

 

JOUEZ ….

 

J'entends plus la guitare,

j'entends plus les amplis.

J'entends plus le sitar,

J'entends plus la batterie.

 

J'entends plus rien, rien RIEN !!!

 

( Ecriture-Chant: Léon Cobra / 2016 / Musique: Neil Kreitlow )

 

Métal de Mort (Play for Paris)

 

 

Posté par leoncobra à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2018

SAVOIR VIVRE ...

 

... MAUVAISES VIBRATIONS

 

ça gaze !

 

Dérives

( Dérive gauche, dérive droite,

la marge est bien étroite )

 

L'écran plat s'entête de gondole

Grimaces simiesques des stars désenchantées

La météo fulmine, devient complètement folle

 

Mais où ranger les dérangés ?

 

Spider Hacker tisse goulûment sa toile

un graf' obscène explose la 3 G

Drones de guerre, panique ,c'est le bug terminal

 

Mais où garer les égarés ?

 

Des migrants faméliques cernent le Burger King

Exode climatique des clones décongelés

Des chasseurs de têtes s'affrontent sur un ring

 

Comment classer les déclassés ?

 

L'horloge universelle bonifie les voeux pieux

Rafales automatiques sur sentiers lumineux

Des Cadavres Exquis transitent numériques

 

Mais où foncent donc les défoncés ?

 

( Léon Cobra / Juillet 2015 + janvier 2018)

 

Internationle-Situationniste_graffiti03

 

 

Posté par leoncobra à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2018

FRONDEUSES ...

 

... GRRRRiRL POWER

 

girl power

 

Playlist God Save The Chicks !

 ( by VERSINTHE 99 )

Punk/rock américain, Riot Grrrl, Punk hardcore, Rock indépendant

 

- Lunachicks (Luxury Problem)

- Alice Bag (Gluttony)

- 7 Year Bitch (Hip Like Junk) 

- Bratmobile (Cool Schmool) 

- Bikini Kill (Rebel Girl)

- Skating Polly (Perfume For Now)

- L7 (Pretend We're Dead)

LA WITCH

- Babes In Toyland (Bruise Violet)

- Hole (Violet) 

- Sleater-Kinney (Entertain)

- The Raincoats (Don't Be Mean)

- The Slits (Typical Girls)

- The Kleenex (Hedi's Head)

- Marianne Faithfull (Why D'ya Do It?)

- Patti Smith (Gloria)

- Bleached (Keep On Keepin' On)

- The Coathangers (Down down)

- LA Witch (Get Lost)

- The Black Belles (What Can I Do?)

- Warpaint (Disco)

- EMA (I Wanna Destroy)

- The Breeders (Safari)

 

Lydia-Lunch-Cypress-Grove-Under-the-Covers

 

Punk/rock britannique

- A void (She Threw Her Baby From The 7th Floor)

- Yassassin (Pretty Face)

- Goat Girl (Scream)

 

Punk/rock canadien

- The Horny Bitches (Necromaniac)

- The Pack A.D (Sirens)

 

Post-punk britannique

- Savages (She Will)

 

Post-punk australien

- Pleasure Symbols (Control)

 

Post-punk islandais

- Kaelan Mikla (Kalt) 

the donnas

Ovnies

- Lydia Lunch (Kill Your Sons) no-wave américain

- Pussy Riot (I Can't Breathe) rock/anarcho-punk russe

- Maidavale (If You Want To Smoke Be The Fire) rock psychédélique suédois

- Reykjavikurdaetur (Tista) rap islandais

 

Electro/pop 

- Chicks on Speed (We Don't Play guitars)

- Le Tigre (Deceptacon)

 

Grunge/Post-punk français

- Marybell (Vultures)

- Hante (My Deconstruction)

 

Punk hardcore français

- P.M.S (Cocaine Cunt)

- Les Suprêmes Dindes (J'accuse)

 

Rock français

- Jeanne Added (A War Is Coming)

 

women-who-rock-exhibit-mim

 

26 juin 2018

SOIRéES de GALA ...

 

... ENCRES ( ANCRES ) VAGABONDES

 

 

charles_bukowski_apostrophes

 

Singulier pluriel

 

Un océan sans marin

un ciel sans oiseau

un hôtel sans client

une bouche sans lèvre

 

des horloges bloquées

des lumières éteintes

des forêts rasées

des rideaux déchirés

des fusils chargés

des portes fermées

des rires glacés

 

des verres vides

des boutiques murées

des bourgs désertés

des yeux sans paupière

 

Je me suis extrait de la mer-poubelle crachant des filaments de plastique par tous les orifices.

Sur la plage privée qui bordait le rivage des dizaines d'estivants cramoisis sirotaient leur rafraîchissement en pianotant sur leur smartphone...

Incroyable !!!  Ils relisaient les rubriques cultes du Tréponème Bleu Pâle :

 

68-18

MAI 1968MAI 2018 … 50 ans déjà !

 

http://leoncobra.canalblog.com/archives/mai_1968_mai_2018______50_ans_deja__/index.html

 

 

UTOPIE

 

Numéro Spécial franco-faune / franco-fauve:

 

http://leoncobra.canalblog.com/archives/special__francofaune_francoflore_francofauves/index.html

 

 

alphabet 

ALPHABET
sans fil conducteur:

 

http://leoncobra.canalblog.com/archives/alphabet_sans_fil_conducteur/index.html

 

 

84361846_o

 

 

Posté par leoncobra à 10:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 juin 2018

ARRIèRE-COUR ...

 

... LUNE GIBBEUSE

 

Inventer l'Absolu

 

ETAT des LIEUX

( j'erre )

 

J’erre la nuit à Niort

Etoile uranium

Sain de corps

Sans tiers état d’âme

J’erre dans un triste état… providence

 

J’érige une statue

Au chef de l’état

Géraniums

Un peu plus à gauche

J’erre sur une voie … secondaire

 

J’erre en marche arrière

Du jadis naguère

Homme orchestre

Fanfare concassée

J’erre de tambour major en état … mineur

 

Je digère fébrile

L’état général

Lémurien

Cloné, cuirassé

J’erre dans un drôle d’état … primaire

 

Dans quel état j’erre

dans
un sale état

Etat brut

Etat policé

 

J’erre dans un état ... grave.

Léon Cobra

POEMES ROCK

LA VERSION CHANT :

https://soundcloud.com/user-785249846/etat-des-lieux-jerre

 

Lyrics and voice : Léon Cobra

Music : Neil Kreitlow

 

Situations critiques

 

 

Posté par leoncobra à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2018

écorché bleu ...

 

... SILENCE ASSOURDISSANT

 

Bleu Azur

 

2 COLLAGES: out of the Blue

 

Beauté Bleue D

 

 

Posté par leoncobra à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2018

EXPERTS en SABOTAGE ...

 

... LISTE PéRIMéE

 

MEFI 8 DOS

 

Bouquin cherche éditeur

Il était une fois la Presse Underground, pour reprendre une formule déclinée par Sergio Leone dans sa célèbre trilogie, débute comme un conte de fée aux lendemains de Mai 1968 , couvre la période 1970-1980 puis se termine en apocalypse par l'arrivée au pouvoir du socialisme, sauce Mitterand, après l'agonie du mouvement PunK.

C'est une clef magique ouvrant les portes de la nostalgie et du Fun.

Gueule ouverte

C'est aussi un travail sur la mémoire, la mémoire des vaincus. L'oeuvre d'un archiviste-alchimiste qui a recomposé cette fresque-stroboscope pour la restituer plus vivante que morte,

Tripot N°17

C'est une véritable ré-création.

Clergé

 

Près de 200 pages d'archives clandestines en noir et blanc ou en couleurs ;des documents inédits, des collages, des bédés, des poèmes, des nouvelles, des photos, des écrits oubliés, introuvables sur la presse parallèle en France.

beuark 8-9 atarpop

il était une fois ... la PRESSE UNDERGROUND

Bouquin cherche éditeur

 

Aspic

 

 

Posté par leoncobra à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2018

SOLSTICE TELLURIQUE ...

 

... Même pas célèbres

 

ECLOSION Collage Léon Cobra

 

ECLOSION

  • un vinyle ( 42 minutes de musique )

Des enregistrements réalisés en 1972 par Bernard Stisi ( The Primitiv's ), Marc Blanc ( Ame Son ) et Léon Cobra ( Tréponème Bleu Pâle ). Pochette inédite d'Henri Aspic de 1973.

  • Un fanzine : c'est le retour sur papier du Tréponème Bleu Pâle .

avec un magazine de 20 pages illustrant les textes des chansons  +  des reprises cultes des anciens numéros + quelques inédits et des extraits de mes carnets de route  ( Inde/ Népal / 1970 )

  • une carte postale reprenant un de mes collages, crée spécialement pour cette occasion.

 

éclosion

 

L'album ECLOSION est disponible chez :

MONSTER MELODIES

9, Rue des Déchargeurs

75001 PARIS

Métro : Chatelet ou Les Halles

http://monstermelodiesparis.blogspot.fr/

 

Sombre dans l'infini

 

 

Posté par leoncobra à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

ENTRE les LIGNES ...

 

... PAUVREMENT éCARLATE

 

 

le Croisic

 

Ça coûte combien le bonheur ?

 

Mordu par une algue verte à marée basse, j'ai versé des larmes de sel.

Un vampire daltonien m'a dérobé mon argent de poche.

Je n'étais pas assuré contre les catastrophes naturelles.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

J'ai vendu des cigarettes électroniques à des moustiques neurasthéniques.

La foudre est tombée sur le monument aux morts.

Je plaide non coupable au bar de l'Ennui.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

J'ai croisé l'Horreur et l'Avarice à la crêperie de la Corniche.

Les voleurs d'âme se sont installés rive gauche.

Des taureaux de plomb m'ont fait la grimace.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

J'ai noyé mon chagrin sous un noyer plastique fabriqué à Nankin.

Eclusé 16 feuilles mortes et plumé des aras qui riaient

Je signe un chèque en blanc à la pénombre.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

J'ai tranché les maux du sommeil mauve au sécateur cosmique,

donné à boire aux statues de marbre crème,

la jambe gauche fracturée, repliée sur le bas coté.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

Torturé sous la tonnelle d'un jardin public par des bandits manchots,

j'ai démembré l'Imaginaire en taches minuscules,

saisi le code secret des illusions perdues.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

Le père du terroriste végétarien attirait  les oiseaux migrateurs

en chantant des psaumes païens à l'orgue de barbarie.

J'ai accroché des pinces à linge au mur du son.

Ça coûte combien le bonheur ?

 

Je vogue à la dérive sur des rivières en crue.

Un sourire de glaise en rempart inutile.

j'ai brûlé mon dictionnaire de rimes et coupé le fil rouge.

Ça coûte combien le bonheur ?

  

capharnaHome

 

 

Posté par leoncobra à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]