... et toujours dans le lointain

le son du tambourin

 

affiche-md-bob-dylan-mister-tambourine-par-martin-sharp-1967

 

 

L’essentiel du Rock : 15 morceaux d’anthologie.

 

Cobra et Umberto

 ( Cobra et Umberto Pato à la batterie en 1978 )

 

Mes plus grandes émotions musicales, je les ai ressenties dans les années 1964-1965.

J’avais alors 16-17 ans.

C’est pourquoi j’ai placé 4 groupes anglais du Swinging London dans mon classement chronologique.

J’aurai pu y glisser également You really got me des Kinks mais c’était faire l’impasse sur d’autres fabuleux morceaux qui allaient marquer l’histoire en perpétuel mouvement du Rock.

Les Beatles, vous le remarquerez, sont absents de cette sélection,

encore une provocation du Tréponème Bleu Pâle !

 

GASP 1979

 

 

1°) Chuck Berry : Johnny B. Goode ( 1957 )

Tous les groupes du plus prestigieux au plus nul ont joué ce titre sur scène.

Indispensable pour chauffer la salle : Go, Johnny, go, go

 

2°) Eddy Cochran : Somethin’ Else ( 1959 )

Est-ce qu’une chanson est bonne ? Suffit de compter le nombre de reprises par d’autres artistes ;

alors celle là, elle est terrible !

 

3°) The Animals : The House of the Rising Sun (1964 )

Un air traditionnel du folk, adapté par Dave Van Ronk à Greewich Village et enregistré par Bob Dylan sur son premier album, devient un tube international grace aux talents de deux surdoués, le chanteur Eric Burdon et l’organiste Alan Price. Hélas ce dernier est un fieffé coquin, il signe la chanson et palpe les droits d’auteur. Ce fut la fin du groupe mais le titre fit le tour du globe.

 

4°) THEM : Gloria ( 1964 )

Il y avait Van Morison et Them. Eux, ils étaient anonymes et interchangeables.

Ils durèrent ce que durent les groupes, l’espace d’un hit mais celui là était intemporel, il devint un classique.

Her name is G-L-O-R-I-A-

GLORIA

 

5°) The Rolling Stones : Satisfaction ( 1965 )

Voilà sans doute la chanson qui vaudra aux Rolling Stones d’être élu meilleur groupe de Rock du monde.

Le tandem Jagger-Richards allait pouvoir en tirer beaucoup de satisfaction.

 

6°) The WHO : My Generation ( 1965 )

C’est the big s-sensation, l’hymne de ma génération, un déluge de larsen, la révolte à l’état pur.

Les quatre mods londoniens propulsent le rock hors des sentiers battus.

I hope I die before i get old seul Keith Moon, le batteur, suivra ce précepte à la lettre laissant les trois autres orphelins.

 

7°) Bob Dylan : Like a rolling stone ( 1965 )

5’59 de bonheur, 1 refrain, 8 couplets, un phrasé incomparable, Bob abandonne le Protest Song acoustique pour la poésie électrique.

Les paroles énigmatiques troublent l’auditeur. Le rock devient culturel, littéraire.

No direction home...

 

8°) Pink Floyd : Astronomy Domine ( 1967 )

Un diamant Pop signé Syd Barrett sur leur premier disque .

Il sera repris sur le double album Ummagumma ( 1969 ) avec David Gilmour à la guitare dans une version différente plus planante et plus longue.

 

9°) Jimi Hendrix : Voodoo Chile ( 1968 )

Le Blues qui tue.

Stevie Winwood ex . Spencer Davis Group et Jack Cassady, le bassiste du Jefferson Air Plane passaient dans le studio.

Jimi leur lance : hé les mecs, j’suis seul avec Mitch Mitchell, on fait le bœuf ?

Ça donne ce chef d’œuvre magique, envoûtant.

 

10°) Deep Purple : Child in time ( 1970 )

Un monument du style Hard Rock.

Sur un thème de la guerre froide un dialogue apocalyptique entre la voix et les cris de Ian Gillan et les parties d’orgue de Jon Lord.

 

11°) Lou Reed : Walk on the wild side ( 1972 )

Morceau culte du Rock décadent ou glam rock porté par une basse d’enfer et un solo de sax final et des coeurs féminins décalés.

Une ballade un peu glauque dans les rues chaudes avec la faune warholienne

dans la lignée de ses compositions du Velvet underground.

L’autre coté du rock :

And the colored girls say
Do, do-do, do-do, do-do-do

 

12°) Patti Smith : Horses / Gloria ( 1975 )

De la poésie chantée, hurlée, scandée.

Le passage obligatoire de la Beat Generation au Punk Rock.

And I fill my nose with snow and go Rimbaud,
Et je remplie mon nez de neige et vais à Rimbaud,

 

13°) The Sex Pistols : God save the Queen ( 1977 )

Interdite à la BBC, cet ode à l’anarchie marque la fin du rock des années 70 et l’arrivée d’une nouvelle génération de musiciens plus violents et nihilistes.

Le PUNK Rock détruit tout.

Nouvelle énergie, nouveau look… No future for you !

 

14°) Joy Division : Love will tears us apart ( 1980 )

Voici la new wave et déjà le post Punk.

Une musique foide, un synthétiseur, une atmosphère gothique et la voix dépressive de Ian Curtis

qui annonce son prochain suicide : All my failings exposed

 

15°) Nirvana : Smells like team spirit ( 1991 )

Hymne de la génération X.

Paroles dépourvues de sens, couplets calmes et refrain puissant :

I feel stupid and contagious
Here we are now, entertain us
A mulatto, an albino, a mosquito, my libido
Yeah, hey

Ouais mais quelle pêche !!!

Dernière métamorphose du rock : le grunge.

 

 

Cobra

 

J'ai écrit plus d'une centaine de chansons.

Quelques unes ont été enregistrées par les PRIMITIV'S, AME SON, ECLOSION ou VERSINTHE 99.

Voici l'une des dernières avec la complicité du guitariste américain Neil Kreitlow.