... RADIO GNOME INVISIBLE

 

 

paon

 

 

La Liste de WILL Z :

 

Helter Skelter, Beatles : Sans les Beatles, cette anthologie n'existerait pas. De l'aveu même de Keith Richards dans ses mémoires, ce sont les Beatles qui ont ouvert la voie et permis tout le reste. Pour moi, le Double Blanc est l'album qui incarne le plus le rock brut dans sa diversité, son expérimentation et sa puissance.

 

Rocks Off, Rolling Stones : L'album Exile On Main St., dans toute sa démesure, symbolise aussi parfaitement ce qu'est le rock et cette plage d'ouverture est magique.

 

Clowns And Jugglers, Syd Barrett : J'ai choisi la première version de Octopus de Syd Barrett parce qu'elle est plus explosive que la version finale de Madcap Laughs, ceci dû en grande partie au support incroyable du groupe Soft Machine pour cette session. Syd Barrett est le musicien qui a eu une influence la plus forte sur ma musique... Son jeu de guitare, ses textes, son expérimentation, dans Pink Floyd ou en solo...

 

7 And 7 Is, Love : Mon autre héros, Arthur Lee, et son incroyable alliance avec Bryan MacLean. Tout y est ! Le riff, l'expérimentation et le blues bancal psychédélique qui part en vrille sur la fin.

 

Defecting Grey, Pretty Things : Ce riff ! Préfigurant l'incroyable SF Sorrow, ce titre enchaine les climats, les thèmes. Unique.

 

Supernaut, Black Sabbath : Les conditions de Vol. 4 se rapprochent assez bien de celles de Exile On Main St. et cela transparait tout au long de l'album. La puissance au maximum, les excès à fond.

 

You Can't Kill Me, Gong : Une porte ouverte vers une autre dimension et un rêve d'adolescent qui allait se réaliser une dizaine d'années plus tard : rencontrer Daevid Allen et faire de la musique avec lui.

 

My Generation (Version Live At Leeds), Who : Je ne suis pas un grand amateur des albums live, mais ce disque a été une vraie claque.

 

Who Are the Brain Police?, The Mothers Of Invention : Expérimentation, textes engagés, satire et production crade.

 

Heart Of The Sunrise, Yes : Structure alambiquée, riff entêtant, passages planants, avant que Yes ne tombe dans l'auto-parodie et ne sombre dans des travers pompeux et barbants. Quand le rock devient art...

 

Firth of Fifth, Genesis : Quand l'art redevient rock... Sur les réseaux sociaux, depuis quelques années, il est de bon ton de cracher sur Genesis, de se moquer de Phil Collins, de se prendre en photo en train de brûler la pochette de Foxtrot... Genesis a toujours été important dans mon panthéon musical. Je n'ai jamais compris et ne comprendrai jamais cet acharnement idiot, cette condamnation totale d'une œuvre qui repose sur les succès commerciaux de mauvais goût qui ont suivi les sommets.

 

In Bloom, Nirvana : Le groupe qui a marqué mon adolescence. Le rock revenait sur le devant de la scène et l'on redécouvrait les groupes des années 60 et 70, dans la foulée.

 

Killing In The Name, Rage Against The Machine : Quand je pense que ce morceau passait régulièrement sur Fun Radio à sa sortie. Aujourd'hui, c'est le son Dancefloor. Autre époque, autre musique.

 

Thru The Eyes Of Ruby, Smashing Pumpkins : J'ai écouté Mellon Collie and the Infinite Sadness en boucle durant les 90s, puis j'ai oublié ce disque pendant plus de 15 ans, avant de le retrouver, comme un vieil ami, et de le mélanger à mes influences 60s pour le premier Black Moon Tape.

 

Paranoid Android, Radiohead : OK Computer puis Kid A ont fait basculer le rock dans une autre dimension. Paranoid Android en est une synthèse : guitares saturées, voix de robot, moment psychédélique presque religieux, chants habités…

 

saison2quar2

 

Auteur-compositeur, multi instrumentiste, fondateur du Black Moon Tape,

Will Z est aussi animateur sur Radio Rectangle, une radio rock de Liège où il m’a invité pour parler du Festival d’Amougies ( 1969 ) où j’étais avec AME SON dans le cadre de ses émissions le rock raconté à mon fils ( ou à ma fille ).

Mon titre préféré de Will Z est Spider Blues :

 

https://soundcloud.com/blackmoontape/spider-blues

 

 

Black-Moon-Tape---Berlin-_-2018_08_1000

Photo: © Hugues De Castillo, 2018, Black Moon Tape in Berlin

 

 

La suite ... DEMAIN !