... OBSESSION

eat

Mon ordinateur est mort ce soir

Je suis effondré.

Au fin fond de mon fauteuil, dans la jungle de l'impuissance, ma souris fait grimace.

Mes amis m’attendent, mes connexions, mon avenir brûlant...Dans quelle boîte à foutrailles s'est il perdu ce PC capricieux, égoïste et maladroit? Sans essence, mon lendemain aura le goût du clic brûlé. Mon ordinateur est mort ce soir. Désert d’écran, la pagaille s’installe. Je suis perdu. Un pain dans la gueule me ferait du bien. Où sont passées mes belles virtuelles aux numérique mensonges? Pamela Lolo – du 6, Victorine libertine, Sambas la collante...

Que deviennent mes ami(e)s sur Messbook et autres Double face à 10h…

Mon ordinateur est mort ce soir. Panne de toile. Panne de toi. De sexe. De musique.

De courses sans faim. Dans mon simple appareil, cousu main, un slip vertueux aux coutures cachées, un verre est à servir. Un grand. Sans pain, sans jeux, une déficience momentanée, un mauvais moment à passer, à traîner. Messages agonisants et musique absente, que vont faire mes copines lointaines s’interrogeant sur mon devenir.

Messages égarés auprès de poupées biélorusses, des bombes authentiques aux fesses bouleversantes, je suis ridicule d'insuffisance. La catastrophe est suspendue aux lèvres de mon ordinateur, au cou d’une fin du monde prochaine.

Cette souris morte me servira de cache-nez, et l’écran, malade sera mon cercueil.

Que vois-je dans cet écran mort? Il est incapable de me rendre monnaie de cette pièce jouée avec lui? Tu m’emmerdes, piteuse machine! Calme et tempête avant de sombrer dans les délices de l’absurde pour un écran mort. Un écran mort.

Je veux mourir avec lui et au creux de sa souris, vais me pendre entre ses deux oreilles.

La solitude face à cette putain de machine m’émeut.

Face à elle, le crétin que je suis, devine les limites d'un cerveau occis, intoxiqué, anéanti par un pauvre jouet cassé. L'enfance et ses culottes courtes me montent à la tête. Direction régression.

L’instinct d'écrire me reviendra cher ordi mort! Ce texte est rédigé à la main, au crayon, et gomme mie de pain.

Il est l’heure de souffler la bougie. Disque dur et ventre vide.

A l’âme rendue resteront des souvenirs.

Hugo Canesson

 

12928_lemouton_erreur JF Le Scour

( JF Le Scour )