... ORTHOPTERE

 

 

Amante religieuse

 

L’amante religieuse  

 

Je me lève le matin

Je prends sa tête dans mes mains

Et du haut de leur nuage

Des milliers de chérubins

Empanachent son visage

De la lueur du chagrin

 

Elle se lève et court sur l’onde

Elle vaporise le monde

D’une odeur de safran

Qui délivre de leurs tourments

Les animaux et les hommes

Enchaînés, lourds qui somnolent

 

Puis elle rentre dans ma chaumière

Elle remplit une marmite en terre

Et l’on se fait un festin

De trois grosses grappes de raisin

Elle referme le pot en fer

 pour me déchirer dans ses serres

 

33 Tours

 

Il y a des mendiants

Qui couvrent dans les gares

Leurs gosses au teint blafard

Elle leur forge de ses dents

Un irréel talisman

Qui peint la crasse en riz et leur apporte la survie

 

Doucement, elle a pris son couteau

Qu’elle a lavé dans un verre d’eau

Elle s’approche de moi

Et me drape de son exploit

Le sang coule sous mes aisselles

Elle me donne un baiser de miel

 

Dehors les trains sont partis

La sonnerie retentit

nul ne sera surpris

de la trouver là endormie

Il y a eut comme un éclair

Un paria crève dans la rizière

 

rizière

ECLOSION 

Poème : Léon Cobra / Guitare 12 cordes & chant : Bernard Stisi / Flute traversière : Marc Blanc.