... JUKE BOX BABY

 

 

Marc-Bolan-Death-Paper

 

 

Voici ma sélection rapidement commentée. Je n'ai pas su trouver de définition au mot "rock" mais j'ai mis des choses qui, disons, dans l'intention, sont plutôt rock. Allez, ça devrait le faire. Je crois avoir mis 16 morceaux mais comme on est rock, on est cool, ça va.

 

La liste de Bastien:

 

The Rolling Stones, « Paint It Black »

La musique indienne et le rock anglo-saxon. Le métissage, décidément, est une vertu. Sur la page Wikipédia du morceau, il est écrit, avec une photo d’un sitar : « L'instrument utilisé par Brian Jones sur ce morceau est le sitar ».

 

The Velvet Underground & Nico, « Heroin ».

La drogue dure pour ceux qui n’en prennent pas (j’ai habité Gare du Nord et vu Requiem for a dream, ça me suffit). Dix ans avant le Punk l’album à la banane ? Ok.

 

The Doors, « The End »

J’avais lu que les Doors, en début de carrière, s’étaient fait virer à coup de pompes d’un bar dans lequel ils avaient joué ce morceau. « Maman, je veux te baiser », apparemment, ça ne passait pas bien et le patron n’était pas freudien.

 

Iggy Popp, « The Passengers »

Lorsqu’Iggy ne cherche pas à tout détruire et qu’il préfère plutôt chanter le vagabondage et les onomatopées, c’est cool aussi. David Bowie a, paraît-il, contribué aux chœurs du morceau, ce qui me permet d’ajouter ici que David Bowie m’a toujours fait peur.

 

Talking Heads, « This Must Be The Place »

Je suis heureux lorsque j’écoute ce morceau (c’est pas du rock ? mais si, allez). Cela fait 4 minutes 55 de bonheur mais avec l’option repeat, ça peut durer plus longtemps. David Byrne est un sacré mec.

 

The Smiths, « Hands in Glove »

Des mecs de Manchester mais qui ressemblent plutôt à des Londoniens. Connais pas de morceau de pop britannique plus classe. « There Is A Light That Never Goes Out » ou « Handsome Devil », peut-être. J’aurais aimé caler Patti Smith (rapport au nom de famille) aussi dans ce top mais ce que j’aime surtout chez elle, ce sont ses livres. J’aime « Love Song » de Robert Smith (The Cure), aussi.

 

The Fall, « Blindness »

Des mecs de Manchester qui ressemblent complètement à des mecs de Manchester. Je fronce les sourcils lorsque j’écoute ce morceau très fort dans la rue avec des écouteurs vissés sur les oreilles. Je suis certain que les gens, dans ces moments-là, me craignent.

 

Led Zeppelin, « Stairway to Heaven »

À noter : adolescent, je pensais que le morceau durait 25 minutes, tellement il me paraissait long et progressif. À noter aussi : la formule « Stairway to Heaven » fonctionnerait moins bien traduite en français.

 

Nick Cave & The Bad Seeds, « Push the sky away »

En parlant de ciel, tiens. La pochette de l’album du même nom (il faut prononcer « Push the sky away » sans marquer de rupture entre « sky » et « away », comme il est précisé dans le film 20000 days on earth) est par ailleurs l’une des plus belles du monde.

 

Johnny Cash, « Hurt »

C’est même plus un frisson, ce morceau, c’est une nouvelle ère glaciaire dans le corps direct. Avec une reprise d’un groupe aussi pathos que Nine Inch Nails, il fallait quand même l’oser.

 

U2, « With or without you »

En parlant de pathos, tiens. « Sunday Bloody Sunday » c’est quand même quelque chose, aussi. Putain ouais… Je mets « Sunday Bloody Sunday » en fait, pas « With or without you ».

 

U2, « Sunday Bloody Sunday ».

Voir plus haut.

 

Nirvana, « Nevermind »

Adolescent, j’ai cassé une table basse sur ce morceau, allez savoir pour quelle raison. Je n’étais pas tout seul et n’était pas chez moi, et considérons que c’est déjà ça. La version de Patti Smith, dont j’ai décidément envie de parler, est elle aussi, intense.

 

Areski & Brigitte Fontaine, « L’abeille »

« Et je te dirais tout bas que l’amour est une abeille qui ne pique qu’une fois ». Ce morceau n’est absolument pas rock dans sa forme (les gens qui composent ce disque sont propres, par exemple), mais je ne vois aucun couple plus punk que celui formé par Brigitte Fontaine et Areski Belkacem. On pourrait aussi mettre « Les Borgias », et tout l’album L’Incendie et toute la période Saravah.

 

Alain Bashung, « La nuit je mens »

La résistance pour ceux qui n’ont pas pu la faire… et l’amour pour ceux qui savent ce que c’est (c’est plus facile, ça arrive à tout le monde).

 

Noir Désir, « Tostaky »

« Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien ». Si j’avais dû me tatouer des mots sur le bras, j’aurais mis ça. « Heureusement que tu ne l’as pas fait ». Sans doute oui. J’ai songé à me faire tatouer un code-bar sur l’avant-bras, aussi.

 

Serge Gainsbourg, « Variations sur Marilou »

Compliqué de faire plus érotique que ça. Un poil (pubien ?) de plus, et ça sonne porno, et ça ne marche plus.

 

 

vignette2-bastien-stisi

 

"Bastien Stisi est le fondateur du magazine Néoprisme, qui analyse les pochettes de disques. Journaliste chez Radio Nova et auteur aux Éditions Nova, il a écrit, en musique ou autres, pour Les Inrocks, Brain Magazine, Trax Magazine, Toute La Culture..."

 

 www.twitter.com/bastienstisi

www.neoprisme.com/author/bastienstisi

Néoprisme - Radio Nova

 

johnny-cash-charlottesville-640x320

( Johnny CASH )

 

à suivre ...