... à la gone

 

lionetsPSrecto

 

Revoilà J.M.C. Croc Mort, notre érudit du Rock avec une séquence garage particulièrement pointue.

Avis aux collectionneurs et aux autres !

 

Deux « étoiles filantes » du rock garage hexagonal…

 

THE LIONETS

THE FANCY GOODS…

 

Dans la même mouvance « rock-garage » que les Homards Violets, les Fraises des bois, les Senders et The Falcons, voici deux groupes essentiels avec l’analyse de leurs 45 tours devenus « collector » et mythiques vus leur rareté.

THE LIONETS traduction des Lionceaux…

C’est un groupe de « rock » créé par un organiste Robert Rost qui a déjà joué avec d’autres groupes dont The Rockers…

En 1963, à l’écoute du disque The LAFAYETTES avec les versions de « Nobody but You » et « Life’s too short », il fonde The Lionets avec Harold Klapper un guitariste autrichien, Bibi Boehme un bassiste d’origine suisse, Richard Betzler aux drum’s un ancien du groupe The Rockers…

Dès le début, ils jouent du rock très agressif, inspiré par The Trogg’s, The Them, The Rolling Stones…

L’apport d’un orgue différencie le groupe des autres, sur scène leur version de « Gloria » des Them suscite beaucoup d’enthousiasme…

 

lionets van

 

Cheveux longs, chemises Union Jack, attitude agressive et des interprétations sans faille puisées dans les répertoires des Them, Ronnie Bird, The Renegades, The Trogg’s et des Lafayettes les conduisent à enregistrer en septembre 1966 dans l’église des Dominicains de Guetwiller une bande qui comprend : « Wild Thing », « Cadillac », « Nobody but you » et « I’m not like everybody else » des Kinks…

L’acoustique de cette église est exceptionnelle, les Lionets sont en pleine forme, ils maîtrisent parfaitement leur sujet ; « le rock-garage » qui ressemble tellement à ce que font les américains comme The Count Five avec « Psychotic reaction » ou The Leaves avec « Hey Joe » et The 13th Floor Elevator, Mouse and The Traps, Elephant’s memory, The Electric Prunes, The Seeds, The Shadow of Knight, MC5…

De ces séances d’enregistrement, il en sort un super 45 tours sur le petit label D.M.F. dans la collection Dauphin.

« Wild Thing » : c’est une version beaucoup plus speedée et agressive que The Lionets nous offre, il y a l’apport de l’orgue qui est plus mélodieux et qui se mélange avec l’agressivité et la sauvagerie du chant…

L’ocarina de Reg Presley est remplacé par une partie d’orgue avec des chœurs parfaits.

« Cadillac » : version très lente et lancinante, la voix détachée du chanteur donne du relief à ce morceau, l’orgue est omniprésent et les guitares sonnent très « début des sixties », cet enregistrement vaut nettement ceux des The Renegades et The Shamrocks.

« I’m not like everybody else » : un chant plaintif et répétitif, cette chanson des Kinks est un morceau plus lent, avec des parties d’orgue qui ressemblent à « Stalactite » des Aiglons.

« Nobody but You » : une très bonne introduction parlée, le petit rire qui annonce « Nobody » !

Cela déménage directement, le chanteur est agressif, certainement plus allumé que celui des Lafayettes…

Bon, The Lafayettes avaient un sacré pianiste, un chanteur puriste rock, de très bons musiciens, mais The Lionets s’en tirent magistralement, mieux que Little Bob and The Blue Bastards.

fancyGoodsPSrecto

THE FANCY GOODS.

En 1966, un certain Christian Dupont, revenant d’un voyage à Londres, croise Pierre Burine lui aussi, habillé « MOD’s » style Carnaby Street…

Ils ont les mêmes goûts musicaux : The Them, The Who, The Kinks et The Rolling Stones…

Ils décident de former un groupe de rock avec un guitariste soliste Alain Charmier, adoptent le nom The Fancy Goods et commencent à répéter dans un local situé à l’arrière d’un commerce à Champagne Au Mont d’Or.

Ils sont rejoints très vite par un second guitariste Alain Afresne et un bassiste Alain Colombier, Pierre s’occupant des drum’s et Christian sera le chanteur.

Leur répertoire est fait de reprises The Them, The Rolling Stones…

Ils tournent dans les MJC avec ces quelques morceaux superbement bien interprétés, la batterie est hyper-syncopée, le jeu ressemble à celui de Viv Prince des Pretty Things, les guitares ont le son « fuzz » qui apparente The Fancy Goods à un groupe « Punk-Garage »…

Sur scène, ils jouent « Satisfaction », « Get off of my clouds”, “Under my thumb” et “Gloria” dans une version longue.

La voix de Christian Dupont ne copie pas Van Morrison ni Mick Jagger, l’interprétation est personnelle mais speedée par la rythmique infernale du groupe.

De concerts en concerts, ils obtiennent un bon succès dans la région de Lyon, enregistrent un super 45 tours au studio JBP de Lyon.

Deux reprises du groupe The Them : « Gloria » et «  I can only give you everything” dont la version française “Chante” fait le succès de Ronnie Bird.

Deux reprises des Rolling Stones : « Get off of my clouds” et “Under my thumb”.

Les quatre morceaux sont joués à la manière des Ramones, c’est vraiment du costaud, question rythmique, le chanteur est convaincant et les guitaristes « fuzzent » comme des diables.

Ce 45 tours est un « must » de reprises parfaites.

Le groupe continue son évolution avec l’arrivée d’un organiste, The Fancy Goods jouent des reprises de Wilson Pickett, Spencer Davis Group, Jimi Hendrix, mais la sauvagerie « punk-garage » s’est envolée…

En 1968, le groupe retourne au studio JBP, enregistrant : « Spoonfull » version The Cream et « Rock your Mama » des Ten Years After…

 

FancyGoods1

 

Ils suivent le courant British Blues, et en 1969 ils deviennent The Bottom Blues.

Les musiciens se séparent, certains poursuivent leurs chemins musicaux dans d’autres groupes.

 

J.M.C CROCMORT 2019

 

LIONETSpresse9

 

Ces deux 45 tours sont des témoignages uniques du « rock-garage » hexagonal.

Les vinyls originaux sont pratiquement introuvables et hors de prix, mes deux exemplaires sont de superbes rééditions de Caméléon Records.

Bravo à eux de nous faire partager du rock de ce calibre.

 

the lionets - nobody but you (1966)