... LE VOLCAN GRONDE

( sur les petites îles de la Sonde )

 

 

Plage de Sanur

 

One Trip To Paradise…

( 2 )

Le second jour, nous avons assisté à une crémation et à la dispersion des cendres dans la mer, c’est une cérémonie musicale avec les habits traditionnels pour les femmes et les hommes.

A la fin de la crémation, une reproduction du Dieu Ganesh a été brûlée sur un bûcher au son des clochettes, des flûtes et des percussions.

Spectacle étonnant, quelques touristes prenaient des photos.

Nous avons évité de prendre des clichés par respect du mort.

Première escapade avec notre guide francophone Lipton et son chauffeur Aldi, nous prenons la direction d’un jardin tropical où les oiseaux règnent en maîtres.

Il y a toutes les espèces d’oiseaux, répartis dans un jardin merveilleux, des aras, des cacatoès, des perroquets de toutes les couleurs, des pélicans à nourrir, des toucans, des loris et d’autres oiseaux.

Pas de touristes, très calmos et relaxant comme endroit.

La visite du plus beau temple hindou de Bali avec le Taman Ayun Royal Family, beaucoup de pèlerins venus se purifier dans les 13 sources d’eau.

Obligés de mettre un sarong pour respecter les Dieux hindous.

Quelques freaks qui se baignent avec les pèlerins et qui prient dans la position du lotus.

 

La prière du Freak

 

L’ambiance est prenante, la piété est présente, la purification est là ?

Nous avons assisté à toutes les cérémonies, celles des offrandes, du bain purificateur, des prières et nous avons terminé en donnant à manger aux carpes kooï.

Le temps de reprendre la route vers Pacung et de grimper les terrasses des rizières, c’est éprouvant, nous transpirons pas mal, mais le spectacle est magnifique.

Nous croisons quelques groupes de freak’s, le « hello » est de rigueur…

Le temps est très beau, les paysages majestueux, Lipton nous explique les différentes techniques de la culture du riz, ce sont toujours les femmes qui y travaillent, pieds nus dans l’eau.

La production du riz à Bali suffit aux besoins de la population.

On remonte vers la ville d’Ubud, où les artistes ont élu domicile, il y a beaucoup de freaks dans les rues, des boutiques de sculptures sur bois, des bijoux, un chouette marché de jour…

Il fait de plus en plus chaud, mais nous cherchons cet arbre vieux de quelques siècles dont les racines envahissent la forêt tropicale au milieu d’une population de macaques.

Il y a des visiteurs mais ce sont des autochtones, rares sont les occidentaux.

Les macaques ne sont pas dangereux si on respecte les consignes de sécurité.

Nous les avons nourri normalement et ils semblent heureux ?

Suite de nos visites, la jungle, des rivières, des cascades, des singes, une réserve naturelle, beaucoup d’oiseaux et, même un dragon de Komodo que nous prenons en photo.

Cela nous évitera le voyage vers l’île de Komodo et 1000 US dollars.

Eh oui, la visite des dragons coûtent la peau des fesses.

Peu de routards peuvent se permettre cette dépense pour deux jours.

Nous avons visité un petit temple, caché dans la jungle, un vieux monsieur nous tend des sarongs, il ne parle plus depuis des années, il sourit.

Sanglés de nos sarongs, nous suivons un sentier qui passe devant des douches communes pour se purifier de l’eau d’une petite source, puis un mur avec des gravures de la vie balinaise datant de quelques siècles.

Ces dessins ressemblent étrangement à certaines gravures des temples de Louxor.

Le temple est petit, quelques offrandes, un endroit pour méditer et c’est tout.

On repart vers d’autres lieux.

Une ferme aux papillons assez extraordinaire, des scarabées, des scorpions, des araignées…

Notre guide Agus nous conduit à Jatiluwih, il y a ici les plus hautes terrasses de rizières de Bali.

Le panorama est grandiose, le temps est un peu nuageux, on se croirait en Suisse, mais la chaleur reprend le dessus, des nuages arrivent, annonçant les pluies.

Il n’y a pas ou peu de touristes, la visite des rizières s’effectue calmement, on redescend pour entrer dans la jungle.

La pluie est là, très forte, la route est difficile, mais le Toyota grimpe allègrement vers le lac Baratan, ancien cratère du volcan recouvert par un lac.

On ne voit plus rien tellement il y a de la pluie, des torrents sur les bas- côtés des routes, les motos se croisent, les voitures se faufilent dans les tournants.

Arrivée au lac, beaucoup de touristes asiatiques, peu ou pas d’occidentaux, nous recevons des parapluies.

Nous visitons le « water temple » du lac Baratan, haut lieu du tourisme à Bali.

Le resto donne sur le lac, on y déguste toutes les spécialités : rijs tafel.

Nous sommes passés par Bedugul pour voir le marché aux fruits, beaucoup y parlaient français.

Nous avons acheté des mangues, un colossol, des tamarillos…

Le colossol est un fruit spécial, il ressemble vaguement au Durian, mais sa chair est filamenteuse et sucrée, acidulée très douce.

Visite chez un producteur de café et de thé, nous y avons goûté toutes les spécialités dont le fameux café Luwak, un café à base des crottes de cette civette. Excellent d’ailleurs.

D’autres escapades nous ont conduit à Jimbaran, un village de pêcheurs, nous avons fait le marché aux poissons, acheté des crustacés, grillés sur place, on paye selon le poids…

Nous avons visité le mausolée avec la statue monumentale de Brahma !

Une visite des îles Lembongan et Penida.

Et le temple Uluwatu, perché sur une falaise, là où vivent des dizaines de macaques, qui ont droit à une piscine !

Pour le temple de Tanah Lot, c’était la fête de la pleine lune, impossible d’y arriver en voiture car les routes étaient fermées.

Nous sommes remontés vers Singaraja, une ville sur la mer de Java où il y a beaucoup de plongeurs.

Nous avons aperçu le Mont Batur et son lac, mais pas le volcan Agung qui était déjà en activité.

Un trip magique au paradis Balinais.

Nous y reviendrons sous peu ?

Prochaine destination 2018 : le delta du Mékong...

JMC Crocmort janvier 2018.

 

WATER TEMPLE