... 16 Nuances de BLEU Libellule

 

 

nocturne indien

 

Entre la rage et la dérision, l'évasion forcenée ou le réalisme obscène, la cérémonie des vœux prend cette année une saveur bien particulière.

Les politiques abuseront des commémorations. ( allant jusqu'à distribuer la légion d'honneur à des anarchistes !!! ) Rien n'aura été épargné aux victimes. ( y compris subir les interprétations de Camélia Jordana & Johnny Halliday .) Le ministère de la culture ignore-t-il l'existence du requiem de Mozart ???

VOEUX... AVEUX... AVIEUX... AVIONS... EUX... OEUFS...NOEUDS...ENVIEUX...OEUFS...AVOEUX...

 

La représentation dure 1 mois et c'est … gratuit  !!!

Nous, nous resterons sobres en savourant une nouvelle fois l'imaginaire poétique des amis du Tréponème Bleu Pâle.

 

Naxos NAXOS

 

 

IMAGES

 

Il y a des images qu'il faut garder très fort en soi, C'est ainsi que l'on soigne le mieux le cercle de son visage: Une lune mystérieuse sur les hauteurs de l'Alfama à Lisbonne, Un sein léger pointant pour montrer qu'il vous attend, Une matinée qui à Groix se penche sur des sentiers d'épines. 

Lorsque la tête des mauvais jours est grise, Lorsque le feu d'angoisse couve au centre de nos nuits: Un livre de Tabuchi lu à deux voix dans la montagne, Un moment de lumière se posant sur les vagues de Batz, Les lèvres d'un baiser, la langue d'un soupir

Pour ne plus être un sinistre terrien de quelque part Avec ses longues dents de petit dieu sur ses petites terres Et ses idées sauvages de sel et de poivre, Il suffit de l'une de ces images d'un tout petit passé: Les canaux de Bruges ombrés du deuil d'un roi, Francis Huster, seul en scène, jouant La Peste de Camus, Le dé que l'on croyait d'or pur au doigt de sa mère cousant.

 

. Quand vient vous battre les flancs Le trop désir de ne plus être rien que la peur de vivre, Rien d'autre que la tresse des rides et des ans: Revivre sous la terrasse aux orangers de Fez, Refaire flamber la Porte du Soleil au couchant de Naxos, Reprendre le pouls du Quatrocento aux Offices de Florence.

Contre le pain noir des idées creuses, Contre la force quotidienne et inéluctable du temps qui se défait: Une solitude partagée dans le rire du chacal à Tenoumer, La force d'un torrent où baigner nus nos corps mal éveillés, Une vibration de guêpe, la pousse d'un noyer.

Pour qu'enfin le grand fort du vent d'ouest vous porte, Pour qu'encore le fol élan de la vie vous rassure, Il y a des images qu'il faut garder en soi.

 Hervé MESDON

 

Beauté bleue divine16