Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Le Tréponème Bleu Pâle
25 mai 2015

JAWAHAR LODGE ...

 

 

... ROAD to INDIA

( archives )

 

 

Road to india

 

Dans la foule à Rameswaram le 31/07/1970. C'est mon anniversaire, j'ai 22 ans !

( et j'ai déjà perdu sept kilogs de certitude )

Ticket de train

 

Sculptures crues bigarrées... des bijoux de pacotille grimpent le long des statues… lianes d’offrandes… Shiva est honoré… dans une cuve trois parias décavés s’aspergent d’eau sacrée…des autels ornés de pétales de fleurs, de gamelles de riz, de fruits, Ganesh avec sa trompe aspire les roupies rebelles… les pèlerins se font raser la tête et dessiner des traits à la chaux sur tout le corps… un cortège de lépreux emboitent le pas  aux cracheurs de feu.. les gurus ont des gueules de Ginsberg amaigris par une cure de désintoxication forcenée… Un chant de flute s’envole en bâtonnets de santal… Les Tamouls tirent la charrette du dieu ferraille… d’autres arrivent avec leurs gosses à consacrer…

Trois heures de scènes de rue où il se passe vraiment tout et vraiment rien. C’est totalement irréel nous sommes immergés dans la population. On a vécu le pèlerinage avec eux. C’est le seul temple hindouiste en activité où nous avons pu pénétrer et rester sans la moindre difficulté. La ville est envahie pour la procession du 31 juillet. Tout est complet.

 

Rameswaram

 

Ils ont juste laissé un passage pour la voie ferrée au milieu de l’océan, des dunes et des palmiers. Sur des kilomètres le train semble marcher sur les eaux.

Pas d’électricité ; des chevaux renversent à la nuit tombante les pèlerins qui sommeillent dans la poussière des rues.

 

rue de rameswaram

 

La bouffe devient une angoisse, le spécial-curry pour végétarien nous troue l’estomac. Nous nous rabattons sur les ananas et les bananes. Un délice ! Deux œufs sur une feuille de bananier, des mini-poissons épicés par Parvati et des chapatis, c’est la fête !!! Au petit matin… la pluie.

On couche sur la terrasse en béton, le Manager y a déposé quelques nattes. Il y a Claudius, Charles, deux Suisses, une anglaise, Joëy et moi. Ce soir , un jeune pakistanais est venu partager notre ciel, il fait tourner son shillum de bois.

Sur la plage, près du port, là où l’on s’embarquera pour Ceylan, ils cuisent sans discontinuer des serpents de mer, blanchâtres presque transparents. Dans un tronc de bateau, ils touillent l’immonde soupe écumante, ça pue ! Le 3 Août, on prendra le Ferry-Boat pour Jaffna.

 

Charminar Extrait du recueil:

Juste comme... une étoile suicidée.

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Le Tréponème Bleu Pâle
  • poésie underground humeurs froides agit pop collages & détournements d'images, Rock, nouvelles presse // BD Peinture ARCHIVES PhotoS Nostalgie Papivore Musiques / Cont@ct: leoncobratbp@yahoo.fr
  • Accueil du blog
  • Créer un blog avec CanalBlog
Publicité
Le Tréponème Bleu Pâle
Visiteurs
Depuis la création 331 897
Publicité