22 avril 2013

L'AIR du RIEN ...

    ... TRANSES si LOINTAINES         PARKING-POéSIE (4-5 )     Au Parking – Poésie, le sang des graffitis   dégouline jours et nuits sur des cadavres exquis. Mais plus personne dehors ne réclame les corps.     Au Parking – Poésie dans son Bunker secret   En sous-sol-mélodie, le poète se tait. Au Parking – Poésie, sans espoir de sortie.      
Posté par leoncobra à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]