... Mettre le paquet pour passer

 

HEP_TAXI_3_vert

 

Adios Espana...

 

116871_2010031711313224240_1

 

( 3 )

Cross Road Croc

 

 

 

Algésiras, la porte vers l’Afrique ?

 

Des ruelles qui montent, un groupe de  jolies Suédoises qui achètent des cartes postales ?

Elles cherchent des beats pour les accompagner au Maroc ?

 

 

Nous sommes preneurs ! La plus petite, Agnetta, blonde aux yeux bleus, me fascine ?

 

En réalité, j’ai envie de lui faire l’amour !

Elles nous ont proposés de passer la nuit dans la pension qu’elles occupent ?

Pourquoi pas ? Chris n’est pas en forme sexuelle !

 

Nous les accompagnons dans la pension ! La chambre est agréable !

Je fonce vers Agnetta, on s’entend bien…Elle me refile une adresse à Paris pour un rencart en août…

Elle m’a embrassé…Je suis amoureux !

 

 

009 

 

Sur les hauteurs d’Algésiras, nous les avons invitées au resto !

 

Cette nuit a été sublime : j’ai baisé une jolie et grassouillette suédoise…Mais, que cela fut bon !

Chris n’a pas assuré avec les autres…Il est furieux ?

 

 

Nos sacs sont prêts, nos billets pour Tanger aussi !

Nos jolies suédoises à nos côtés, nous nous engageons sur le ferry qui relie Algésiras à Tanger …

On s’installe, je bécote tendrement Agnetta…

Les Espagnols et les Marocains nous ont tous éjectés manu militari du bateau !!!

Les suédoises sont furax : la faute = la longueur des tifs de Chris !

Elles nous laissent tomber ! Trop ringards !

 

On se retrouve dans les rues d’Algésiras !

Que faire ?   D’abord se faire rembourser le ticket du bateau.

 

Le préposé que nous rencontrons baragouine quelque peu l’anglais, il nous explique que nous devons prendre le bateau vers Ceuta, enclave espagnole en Afrique du Nord ?

Il n’y a aucun problème pour les Occidentaux !

 

De là, il faut trouver un taxi pour nous conduire au poste frontière marocain ( ?) de préférence de nuit, ils sont plus coulants !

Ah, bon !

 

Chris me regarde, m’interroge ????

On y va ! On est arrivé ici, on va pas se faire chier à glander dans le sud de l’Espagne !

 

On achète deux tickets pour Ceuta…On embarquera en fin d’après-midi…

 

Avec nos baluchons, on déambule dans les rues étroites, nous avons croisé de nouveau nos jolies suédoises…Ah ! Le sourire de Agnetta !

On les invite à boire une sangria à une terrasse…

Elles ne sont plus disposées à se rendre au Maroc…Elles visiteront Cadix et Séville ?

 

Je flirte pendant une bonne heure…On se fixe un rencart fin août à Paris ?

On se dit bye bye, en s’embrassant !

Chris est pressé  de se tirer ! Il n’aime pas trop les scandinaves.

 

On descend vers le port, embarcadère, on grimpe une passerelle…J’ai une petite pancarte en carton : « Afrique ! Nous voilà ! ».

 

Beaucoup d’espagnols qui reviennent de  la Linea de la Frontera pour rentrer chez eux…Des marocains pas très propres avec d’énormes ballots ?

Quelques beats ! Des filles et des garçons !

On se reluque tous ! On rigole jaune !

 

La traversée est agrémentée d’un vent violent qui nous décoiffe !

Chris a sympathisé avec un couple d’étudiants ricains…On décide de passer la frontière ensemble : plus économique pour la course de taxi et puis le yankee, il est costaud !

 

 

Mark et Anne viennent de New York, ont visité la France, l’Italie et l’Espagne…

Maintenant c’est au tour du Maroc !

 

Nous ne comprenons pas tout lorsqu’ils parlent trop vite, mais ils sont sympas…

 

A Ceuta, l’arrivée se déroule sous l’œil soupçonneux des flics de la guardia civique…

 

Au bas mot, nous sommes une bonne trentaine de beatniks…

 

Ceuta, c’est un petit bout d’Espagne sur le territoire marocain : il y a des auberges, des petits hôtels, des restos, un marché et plein d’ibères !

 

On offre une sangria aux ricains, ils ont apprécié…Le soir tombe sur la ville…Nous sommes accostés par des chauffeurs de taxi qui proposent leurs services pour le passage de la frontière ?

Faut qu’on y réfléchisse ?

 

 

011

 

 

CROSS ROAD COBRA ( 1971 )

( 2 )

 

 

 

paquet

 

 

Troisième jour sur le bateau entre Marseille & Malaga:

 

 

Sur le pont. Des travailleurs émigrés qui rentrent au pays et quatre hippies.

Joëy, ma compagne, le Cobra, peu royal ce matin, aigreurs d’estomac et un autre couple de français.

Le mec est tahitien, il s’appelle Minoy. C’est un artisan à la sauvette comme Aspic, spécialiste du cuir. Il est super balèze, avec son bandeau et son gilet à franges, on dirait Cochise. Sa copine se prénomme Christiane, elle est psychologue diplômée, légèrement plus âgée que lui. Ils s’arrêtent à Tanger ; nous nous poussons jusqu’à Casablanca. Comme nous, ils ont choisi le plan : Croisière Paquet. Partir de Marseille via Malaga, Tanger ou Casa pour éviter l’Espagne franquiste, la fatigue et surtout le passage à Ceuta et Algésiras où les douaniers coupent les cheveux aux Freaks avant de les laisser pénétrer au Maroc.

Parqués en plein vent sous le soleil naissant au milieu des sacs Tati et d’une centaine de marocains, exclusivement des hommes, on attend le moment propice, la tombée de la nuit pour se faufiler vers les seconde et première classes. D’abord le restaurant puis ensuite la discothèque où nous passeront la nuit au chaud loin de l’humidité en attendant l’aube.

 Le service d’ordre nous laisse passer sans problème, ce qui n’est pas le cas de nos compagnons d’infortune. Hippies sous les étoiles, hippies sous les spots, danser sur She’s the lady de Tom Jones ; c’était ça ou les embruns.. !

lot_Eric_042

a suivre...