... ENVOL



leoncobra1000
S. BATSAL

http://batsal.blogs.com/




L'Envol

J'écris, j'aligne des mots.

Je ne sais plus très bien ce qu'on me reproche.

Ah, oui. Il paraît que tout ce que j'écris finit par arriver...

C'est grave, ça ?

Oui, il paraît. Il paraît que c'est pire que le terrorisme, pire que de jeter une bombe dans la gare de Milan au moment des départs en vacances !

Hier, j'ai ramassé un morceau de plâtre dans la cour de la promenade et j'ai écrit, sur le mur de ma cellule :

« La paix en Haïti. Aristide sera jugé et Cesare Battisti libéré. »

J'écris comme ça vient. Je ne réfléchis pas. Vous savez que des hommes en noir m'ont proposé des sommes considérables pour écrire des trucs comme « L'ultra-libéralisme est l'opium du peuple » ou bien encore « Vivre, c'est gagner ! »

On m'a proposé de réécrire l'Histoire. J'ai refusé. J'écris ma vie dans ma tête. Ma cellule sent mauvais, personne ne me demande au parloir. J'en ai marre d'attendre. J'ai décidé d'écrire avec mon sang.

Une plaie minuscule, presque rien.

Ça coule, c'est rouge.

Avec mon ongle, j'écris :

« Je suis un oiseau bleu dans le ciel de

la Guadeloupe.

»

 

Le Rêve sur la jetée

Quand j'ai vu le grand panneau annonçant le Domaine de May, j'ai tout de même ralenti. Je roulais à 110 et devais avoir un taux de gammaglobulines autour de 280... Je tenais bien la route et j'avais bouclé ma ceinture. J'ai encore roulé jusqu'au 8 à Huit où j'ai pris une bouteille de rhum Damoiseau. Tu sais, cette merde guadeloupéenne qui rend soit zombie, soit sobre à tout jamais, cette boisson que j'ai juré de ne plus boire et que je bois tout de même quand la tristesse me prend...

J'ai payé à la caisse. Toujours la même caissière, très petite, indienne, avec cette cicatrice entre les seins. Un jour, je m'en étais étonné et elle m'avait répondu : « J'ai été opérée de la thyroïde... » J'avais bien ri. Oui, le nuage de Tchernobyl, m'étais-je dit, celui qui est passé sur le sud de

la France

avant de s'arrêter aux frontières. Avait-il aussi traversé l'océan ? Le nuage, la mal bouffe et toutes ces saloperies qui nous bouffent...

J'ai laissé tomber la bouteille de rhum par terre avec un : « Oh, excusez-moi... » Puis je suis sorti du magasin.

Ma voiture m'attendait. J'ai roulé vers Pointe-à-Pitre. Après ? Je ne sais plus. J’étais assis sur la jetée du Moule, face à l’océan. J'ai rêvé d'un aéroport où une femme m'attendait. Je l'aimais et elle aussi m'aimait. J'avais envie de la serrer tout contre moi, mais c'était impossible.

Une voix officielle a dit :

« Veuillez passer dans la file de gauche, Monsieur P. Vous n'êtes plus vivant ! »

J'ai regardé la montre que mon fils Lucien m'avait offerte juste avant mon départ. Les aiguilles avaient disparu, le cadran était blanc. Alors, je crois bien avoir compris...

 

Jean-Pierre PLANQUE

 

http://jplanque.pagesperso-orange.fr/

 


fadila_po_M014


RETENUE

 

J’écoute la parole muette

Sur les lèvres

Dans les yeux

De ceux qui se taisent

 

J’ai appris le langage des traits

Et du mot sur le bout de la langue

Laissez moi retranscrire à ma guise

Sans vocable m’as-tu vu.

 

La noblesse du cœur appelle la retenue.

 

Fadila BAHA / le grain des mots / Editions Clapas.

fadila_po_M013




Le N° 1000 continue demain...

@ suivre...