... TETA VOLIVIA



TitreSEL_TERRE2



Entre Sel et Terre

(voyage Argentine / Bolivie)

 

14 juillet-20 août 2010

 

Textes & photos: BRATU

 

 

Extr@its

 

 

Bilan sur

la Bolivie

La Bolivie

répond bien à tout ce qu`elle promet d’être vu de loin... je l´ai imaginée plein(e) de poussière.. j´en ai encore dans les chaussures... et les femmes à chapeau-melon ne sont pas là pour les touristes, mais font réellement partie du décor... Paysages vierges hauts t grandioses sont au rendez-vous, et la bonne surprise, c’est la beauté et le charme de leurs villages (qui tranchent radicalement avec les villages argentins !).

Mes observations sont le fruit d’un modeste séjour d´1 semaine, il ne s´agit donc là que d´impressions, et sont certainement loin de refléter la réalité

bolivie

 

-Les gens:

Peu loquaces ils paraissent même autistes par rapport aux Argentins (qui eux parlent vraiment trop... tout le temps!). Cela ne veut pas dire "timides" pour autant, puisque pour vous vendre quoi que ce soit ils iront vers vous et/ou vous diront bonjour (avec OU sans arrière-pensée). Mais s´ils ne vous lâchent pas avant de vous avoir vendu une de leurs charges innombrables, il vous suffit de dire "Non c´est bon merci, j´en ai déjà" il n´insisteront pas plus, et vous répondront poliment "Ah? Ok" et vous lâcheront la grappe... sauf peut-être ce petit cireur de chaussures qui me soutenait que cela ne lui poserait pas de problème de cirer mes... sandales-en-faux-chamois.... Proposition que j`ai dû décliner d´un simple sourire. Ils peuvent être aussi paradoxalement attachants comme cette petite dame du guichet d’une compagnie de bus à la gare routière de Tupiza ; d’une apparence peu avenante de par un maquillage cachant certainement des opérations esthétiques passées ratées ou vieillissantes (et qui laissaient peu de doutes sur son « job » passé), elle fût particulièrement touchante en venant littéralement à notre secours pour nous donner des informations précieuses et difficiles à obtenir de façon fiable sur des horaires de bus dans cette gare. Il y avait tellement d’humanité et de spontanéité derrière son apparence d’ex-poupée artificielle que c’en fut troublant.

indien

Lors du Tour de 4 jours que nous avions effectué, nous avions à disposition un chauffeur et une femme pour préparer les repas (très bons, et garantis sans effets indésirables). Elle ne parlait pas beaucoup ("discrétion" bolivienne oblige). Quant au chauffeur, on sentait qu´il faisait tous les efforts possibles pour être communicatif... Très bel effort sincère qui trahissait, néanmoins, le côté contre-nature de sociabilisation. Ils n´ont pas cela vraiment dans la peau, ce qui rend justement leurs efforts louables, remarquables et touchants. A noter d´ailleurs que, contrairement aux Argentins, les Boliviens font bien plus d’effort pour parler autre chose que l´español aux étrangers... et c’en est que plus appréciable... En Argentine, même parmi les jeunes, difficile de trouver quelqu´un avec qui perler ne serait-ce qu´anglais (!)... En Bolivie on voit que vous êtes étrangers, on vient vers vous en anglais, s´il vous plaît... voire en FRANCAIS (certes trrrrrès basique, mais l’effort est bien là), à l´image de ce douanier bolivien qui me dit " au revoir" (en français dans le texte) en me rendant mon passeport alors que je sortais du territoire (exemple parmi tant d´autres). D’ailleurs, pour la petite histoire, il est à noter que le fameux plancher pourri avait été réparé entre-temps !)

D´un côté, les Boliviens sont très bricoleurs et ont un sens incroyable du recyclage (une sorte d’avance sur nous), alors que de l´autre on peut voie trainer des immondices un peu partout autour des agglomérations : ce sont des maîtres en matière de recyclage, à l´image de ces sandales fabriquées à partir de... gomme de pneus usagés ; ces indiens auraient toute légitimité à appeler leurs sandales "Quechua" (Decathlon n´a qu´à bien se tenir!).

La misère est tellement grande, que les enfants courent vers le touriste pour qu`il les prenne en photo moyennant finance (parfois même finances sans photos!)... prévoir des bonbons, car même au bout du monde, les gamins craquent pour la moindre sucrerie.

 

-Les transports:

Comment faire la différence entre un policier et un civil sur une moto? Réponse: le policier c´est celui qui a une moto à lui tout seul... Bref, 1 motard sur 1 moto = 1 policier, plus d´1 personne = des civils. En tout cas, la bonne surprise de

la Bolivie

, c’est des motos ou scooters HYPER silencieux.... Parisien monté sur 2 roues PRENDS-EN DE

LA GRAINE

! Je ne pensais plus que je pouvais prendre du plaisir à voir passer un 2-roues motorisé tout tranquillou (de ce côté-là c’est un paradis pour les oreilles!!... dommage que cette quiétude soit systématiquement interrompue par les taxis klaxonnant à tout-bout-de-champ ! C’est bien simple, les taxis ne sont pas dangereux uniquement s’ils vous kidnappent ou vous détroussent dans un coin reculé dont ils ont le secret, mais aussi s´ils croisent votre chemin... ils sont pires que nos taxis parisiens... c´est dire le niveau de danger qui attend le piéton peu réactif). D’ailleurs, le piéton semble être le cadet des soucis des autorités puisque les feux tricolores ne sont installés QUE pour les autos (pas de petit bonhomme vert.... no passaran). Particularité des véhicules, toutes les voitures sont japonaises, dont certaines sont

issues directement du Japon, pays où la conduite se fait à gauche... ce qui veut dire que le volant, à l´origine était à droite... mais cela n´arrête pas le valeureux bolivien-bricoleur qui arrive à transformer ces voitures pour la conduite à droite... sauf que, si les pédales et le volant sont passés à gauche, le compteur de vitesse, lui, est resté à droite... Pas pratique pour respecter les vitesses ! En même temps, quand on les voit conduire avec cette fâcheuse tendance de rouler plutôt vers la gauche, on se demande pourquoi ils se sont fatigués à bricoler ainsi leurs autos... D´ailleurs sur les routes boliviennes, on rencontre peu (euphémisme) de panneaux de signalisations, et les rares présents demandent aux conducteur de ne pas rouler trop vite et de.... bien vouloir rouler à droite. Il n’est, paraît-il, pas rare de voir 2 bus boliviens qui se télescopent. Bus comme voitures sont tous surélevés... coquasse à voir, les moqueries s’arrêtent dès qu´on prend la route... l´état des pistes, justifient pleinement des véhicules surélevés... du coup, en bus, pas facile d’atteindre la première marche. Il me semble avoir déjà parlé de l´état des bus... rouillés, éborgnés et à moitié en train de se démonter ; mais finalement, en voyant les routes fréquentées, on comprend á la fois pourquoi ils se trouvent dans un état pareil et pourquoi ils ne cherchent pas du matériel en meilleur état (qui vieillirait bien trop vite sur ces routes). Pour rentrer on a roulé toute la nuit sur ces pistes horribles, mais je trouve, malgré ca, que les chauffeurs se sont efforcés à prendre un minimum de risques. Je leur tire également mon chapeau pour leur ponctualité: 45mn de retard sur 10h de pistes, contre 3h pour les beaux cars argentins sur route goudronnée.

Bus_Bol

Pourtant, les pistes ne sont pas les principaux obstacles du chauffeur : la pénurie d’essence est aussi un fléau local. Certes, cette fois-ci il y avait un important blocus de Potosi qui compromettait les ravitaillements de carburant (nous l’avons d’ailleurs échappé belle… à un jour près !), mais en temps normal c’est aussi la galère, à cause des détournements de camions-citernes vers les trafiquants de cocaïne : ils ont besoin de grandes quantité d’essence pour faire macérer les feuilles de coca avant transformation ! De quoi réfléchir avant de se poudrer le nez !

Bus_ext

 

Une petite mention spéciale pour le péage bolivien : petite maisonnette sur le côté avec garde-barrière tenant une "redoutable" corde pour bloquer le gros bus... effet psychologique garanti (davantage que l´effet physique).

 

-Les paysages:

Très beaux, mais tout comme en argentine, il faut payer très cher certaines réserves ou parcs nationaux: rien que pour voir une partie (la partie volcanique) du Sud-Lipez il faut débourser 20€. Le Tour (par Torre Tours depuis Tupiza) nous aura couté 50€ par jour par pers; en + . Pour voir de belles choses, il faut donc aussi payer... néanmoins, pour voir du pittoresque pas besoin de payer.

Les villages sont simples, poussiéreux et en pisé (torchis + cailloux) ils n’en ont pas moins charmants (disposition, toits en herbe séchée qui évoquent les chaumières)

Maison_dans_la_paline

 

Pendant le tour, on traverse des villages fantômes pourtant centenaires, des geysers et des déserts, d´innombrables "lagunes" colorées... on s’est même baignés dans un lac à 35 degrés…bien sympa quand l’air est à 5... le plus dur étant de se dessaper pour y plonger. Une fois dedans on n´en sort plus... surtout en voyant les promeneurs curieux bien habillés pour une hypothétique expédition polaire !

 

il_craque

Les montagnes sont multicolores, les animaux sauvages paradent (suris (sortes de mini-autruches), des flamants roses, des gros Chinchillas, des Lamas aussi bien que des vigognes, mais aussi quelques rares renards, sans oublier les condors curieux de savoir quand notre 4x4 va nous lâcher... Faut dire que les véhicules sont mis à (très) rude épreuve, à tel pont que nos amortisseurs arrière ont lâché... ça secoue dans tous les sens... et surtout, on apprécie désormais le rôle de bons amortisseurs sur la tenue de route... et on etait également bien contents de ne pas finir comme le Ché ou Butch Cassidy... c’est-à-dire... en Bolivie !

Le Plateau entre 4000 et 5000, sur lequel nous roulions, nous a permis de bien nous acclimater à l´altitude, mais pas de réaliser que les sommets environnants culminaient à plus de 6000.

altiplano_logo

 

La chaleur du soleil cachait la température réelle qu`une simple ombre pouvait nous rappeler ! Quant à la nuit, elle nous défiait du "haut" de ses -20 degrés.... mais alors, avec un peu de courage, on pouvait observer un ciel tellement étoilé qu´on avait du mal à voir le noir des cieux... en gros, pire que les acnés sur le visage d´un ado au plus fort de sa « floraison ».

Avant de le voir, on a quand-même du mal à s’imaginer qu´il y ait autant d´étoiles dans le ciel !! Mais pour le voir, il y a intérêt à être motivé, car le plus fort dehors, c’est quand-même le froid. Faut dire que dans les "auberges" la température n´était guère plus chaude.. J´ai appris c que c´est d´avoir froid!!!

sculpture_du_d_sert

 

 

 

Je ne ferai pas davantage de commentaires sur les paysages, car les opinions sont personnelles, et chacun jugera selon les photos.

 

 

 

 

-Les Touristes

Beaucoup de touristes, mais surtout de beaufs (toutes nationalités confondues). Dans notre 4x4 deux British a priori sympa... mais sans plus. Alors que nous passions de beau paysages, les rosbifs passèrent en mode "veille", ou « jeux-sur-mon-i-phone » ou encore lecture intensive de bouquins de gars qui ont écrit ce qu`ils ont vécu en Bolivie... Lecture de circonstance, certes, mais tout ce qu`ils auraient pu vivre... ils l´auront lu (le résultat aura été le même dans leur salon). Finalement nous avons vu un tourisme inutile d’anglo-saxons qui voyagent pour vivre les même choses que chez eux, mais ils pourront dire qu’ils l´auront fait à 4000m (convertis, bien sûr , depuis, en "pieds", of course... à pieds). En effet, le pire aura été la rencontre d´un autre groupe d´anglo-canadiens (H/F).. et faut croire que l’effet de groupe ça rend crétin ou mouton-suiveur... enfin bref, beuveries et grosses discussions la nuit, matins difficiles... chouette, on part à chaque fois avec du retard... dommage pour le lever du soleil sur le salar… Ou encore faut-il endurer des jeux « rigolo » comme chasser le chinchilla à coups de pierres, etc... Dommage que notre bienveillant chauffeur voulait faire plaisir à nos 2 british en cherchant à tout prix à retrouver ce groupe.. Encore que, grâce à ça, nous avons dormi dans une auberge dont l´intérêt était d´avoir du sel du sol au plafond, le tout fermé par des murs en briques de sel (bien sûr). Le sol est

recouvert de gros sel, et les lustres (attention électricité uniquement entre 19 et 22h) décorés au sel... impressionnant (et j´ose pas imaginer l´adition.... hu hu hu...)

Et encore, je ne parle pas de situations surréalistes comme ce couple d´Américains, sosies de Di-Caprio en bonnet bolivien et Kate Winslet en plus gourde, qui frappe à notre porte le soir, bien excités et qui me demandent " I want to buy a cerveza, you sell Cerveza, no?" No, here it iz djust to sleep, it iz a dormitory, not a shop... Reponse de Leo-bis "Do you speak English?" Trop fort!! et en plus il n´a pas encore eu sa bière... A mon avis vu son état, une cerveza à + de 4500m ne me parait pas tout-à-fait indiqué... Yes, I speak tellement bien English que je lui souffle qu`en anglais, cerveza se dit "beer": Bon gros flop, et le voilà parti agresser notre cuisinière avec sa frénésie consumériste (consommer à tout prix, à n´importe quelle attitude, à n’importe quel moment... D´ailleurs j´ai eu beau lui préciser qu`il faut peut-être attendre un peu, et que les "commerces" ouvrent aisément à partir de 20h… on était vers 19h rien y a fait, et il a réussi à tirer notre aubergiste de ses activités pour qu´elle aille ouvrir sont petit local annexe qui servait de boutique du village).

Voilà un décalage qui gâche un peu le paysage...

 

Tout est bien en Bolivie, sauf les touristes

Tourists

Crétin Fr.

Lieu à forte concentration touristique, le Salar d´Uyuni, plus grand lac salé du monde,, vaut néanmoins le détour ; il s’agit d’une des + grandes réserves mondiales de Lithium, non pas par la présence des innombrables batteries des bijoux de technologie portable de tous ces touristes mais par la richesse naturelle sub-saline du lac....

On marche sur du sel, qui recouvre de très beaux cristaux ainsi qu`une nappe phréatique (c’est tout de même un lac.... J´ai cru comprendre que là aussi, le vent n´était pas pour rien dans ce phénomène de transformation de surface du lac, qui nous permet de faire un peu comme Jésus).

 

Lithium

Lithium

 

Bon ,il n´y aura pas de mail dans les prochains jours, car, l’endroit me parait vraiment très désert ET oublié de tous.

J’espère que si on part en groupe, les gens seront un peu moins "cons" que les anglais qu´on a eus.

Mais cela fera partie d´un prochain sujet ... l’étude du touriste en captivité .

Logo_Lama_H

( Tintin et le Temple du Soleil / Hergé )

LOGO_LAMAFIN

DEMAIN: dernier épisode de la saga..!