... L'APPEL du 18 JOINT



Chapito_aspic

Encore une grosse provoc' d'Aspic
...

Affiche censurée par le Collectif !


Programme_chapito



( 3 )

 

Troisième jour : 22 Juin

 

 

On a avalé la bronca de l’autre soir sans réagir, on était trop planté mais on a décidé de réagir le lendemain et de provoquer nos chers maos. J’ai découpé l’appel du 22 JOINT de Libération et on l’a affiché sur notre stand juste à l’entrée du Chapiteau. Personne ne peut le rater et évidemment on fait mouche d’entrée. Bibiche nous demande poliment de retirer le manifeste :

 

- Pourquoi ?

- C’est pas dans la ligne !

- Quelle ligne ?

- Celle du Collectif !

- On pratique pas la pêche à la ligne ni la chasse aux votes d’ailleurs !

 

Personne ne rigole à ma bonne grosse vanne.

Bibiche revient avec Roger et l’ensemble des gauchos présents ce soir.

 

- Décrochez moi ça, bande de crétins ! vocifère Roger.

- T’es pas d’accord avec Libé ? j’ironise.

- S’agit pas de Libé. On ne fait pas l’apologie de la drogue sous ce chapiteau.

- Nous, non plus. Pas confondre drogues dures et drogues douces, trafic et consommation !

- Ce n’est absolument pas la ligne du Collectif. Virez moi ça avant que le public n’arrive !

- T’as pas à décider, c’est du stalinisme que j’dis

- Joue pas les chefaillons rajoute Aspic.

- C’est mon chapiteau, enlevez cette merde ou j’l’arrache !

- Ecoutez les mecs, vous allez pas vous battre coupe Catherine, sortant de la masse. Votons à main levée.

- On demande un temps de réflexion fis-je.

 

Je réunis l’équipe du Tréponème dans le recoin le plus obscur du stand.

 

- Cette proposition n’est pas neutre. C’est le piège grossier de la démocratie. On va se faire niquer en beauté ils sont bien plus nombreux que nous mais on n’a pas d’autre alternative c’est ça ou la baston. Alors ?

- Va falloir capituler !

- OK mais avec le sourire, les mecs.

- Ça marche ! je concède.

- Pour le retrait de l’affiche fanfaronne Roger.

 

Une forêt de mains se lève.

 

- Contre le retrait ?

 

L’équipe du Tréponème au grand complet.

 

- Abstentions ?

- 4 Voix : Laura, Stef, Philippe et Agnès.

 

 

- L’Assemblée Générale, seule instance dirigeante du Collectif déclare donc que le Tréponème Bleu Pâle doit retirer de son stand l’Appel du 22 Joint édité et publié par Libération !!!

 

- Le Tréponème Bleu Pâle dénonce la censure de ce collectifl de frustrés, refuse de retirer l’Appel du 22 Joint et décide de fermer son stand de presse libre car la liberté de la presse n’est pas respectée sous le chapiteau de

la Baleine.

 

Les autres me regardent effarés. Un lourd silence plombe l’assemblée. Temps mort.

 

- Bien balancé Cobra me fait Aspic.

 

Roger reprend la main, livide :

 

- Nous enregistrons votre réaction. Le spectacle doit débuter dans 15 minutes. Une nouvelle assemblée générale est convoquée pour demain après midi 15h pour examiner la conduite à tenir vis-à-vis de l’équipe du Tréponème Bleu Pâle.

 

Nous retournons vers le stand, éteignons les bougies et rabattons le rideau de velours sur des exemplaires désormais muets.

 

 

 

( 4 )

 

Dernier jour

 

 

Aspic n’est pas venu.

Charles, Blek, Pato, Isabelle et moi-même, sommes présents.

Stef est intervenu en coulisse avec Laura, Agnès et Philippe pour tenter une ultime réconciliation. Après trois mois de rapport de force dans le travail de création, c’est impossible. Dommage pour le passé…

L’atmosphère est électrique. Roger se prend pour Fouquier-Tinville et demande d’entrée l’exclusion du Tréponème Bleu Pâle en tant que composante du Collectif et la suppression définitive du stand de presse libre qualifié d’électron irresponsable. C’est dommage qu’il ne réclame pas notre déportation au Goulag ou une rééducation en Albanie, on aurait explosé de rire !!!

Je prends la parole et annonce que le Tréponème récuse ce tribunal de faux derches. A titre personnel, je pisse à la raie de toutes les dictatures de la planète, qu’elles soient rouges ou brunes, laïques ou religieuses, moustachues ou imberbes, acoustiques ou électriques !

Roger veut répliquer mais Bibiche le stoppe net dans son élan dialectique et propose une motion beaucoup plus sournoise :

- L’équipe du Tréponème se retire-t-elle du Collectif ?

 

Il est clair qu’un retrait volontaire fait nettement moins tache qu’une exclusion et permet à chacun de ne pas perdre la face. Je reconnais bien là l’habileté des magouilleurs d’appareil. Je saisis la perche ainsi tendue conclus :

 

- Je me tire de cette galère et abandonne le chapiteau aux clowns tristes !

 

Chacun de nous choisit donc individuellement. Charles confirme son intention de quitter les lieux. Blek annonce qu’il reviendra, peut être, en touriste et payera sa place. Pato et Isabelle décident de rester.

 

- Dernier point fis-je en me retournant vers Bibiche, je retire bien évidemment les chansons que j’ai composé pour votre pièce et vous interdit de les jouer sur scène.

- Mais on a une représentation demain ?

- Hé bien, tu as 24 H pour réécrire les textes ou supprimer les scènes ; C’est pas compliqué. Salut à toutes et à tous et encore merci pour le Fun !!!



IMAGE_T6_70715_e159a



L' Appel du 18 joint
Texte publié dans Libération, le 18 juin 1976

 

 


«Cigarettes, pastis, aspirine, café, gros rouge, calmants font partie de notre vie quotidienne. En revanche, un simple "joint" de cannabis (sous ses différentes formes: marijuana, haschich, kif, huile) peut vous conduire en prison ou chez un psychiatre.
Des dizaines de documents officiels (notamment les rapports La Guardia aux Etats-Unis, Wootton en Grande-Bretagne, le Dain au Canada) ont démontré que le cannabis n'engendre aucune dépendance physique,contrairement aux drogues dites "dures", telles que l'héroïne, mais aussi au tabac ou à l'alcool, et n'a aucun effet nocif comparable ("Pas même une bronchite, sauf chez les grands fumeurs", a écrit aux Etats-Unis le directeur de l'Institut national contre l'abus des drogues). Le contenu de ces documents n'a jamais été porté à la connaissance du public français, on a préféré laisser la grande presse mener des campagnes d'intoxication fondées sur des mensonges ineptes.
Dans de nombreux pays déjà : Etats-Unis (Californie, Oregon, Alaska), Pays-Bas, Canada... la législation sur le cannabis a été considérablement adoucie. En France, on continue d'entretenir la confusion entre drogues dures et drogues douces, gros trafiquants, petits intermédiaires et simples usagers. Cela permet de maintenir et de renforcer une répression de plus en plus lourde: depuis 1969, la police peut perquisitionner chez n'importe qui, sans mandat, à toute heure du jour ou de la nuit, sous prétexte de drogue. Cela permet des arrestations massives de jeunes et des quadrillages policiers. Cela sert à justifier la détention de centaines de personnes, petits revendeurs ou fumeurs de cannabis, quand tout le monde sait que des gros bonnets de l'héroïne sont en liberté. Ces emprisonnements, bien sûr, sont sélectifs et frappent en priorité la jeunesse, surtout la jeunesse ouvrière et les immigrés, particulièrement dans les régions.
Or, des milliers et des milliers de personnes fument du cannabis aujourd'hui en France, dans les journaux, les lycées, les facultés, les bureaux, les usines, les ministères, les casernes, les concerts, les congrès politiques, chez elles, dans la rue. Tout le monde le sait. C'est pour lever ce silence hypocrite que nous déclarons publiquement avoir déjà fumé du cannabis en diverses occasions et avoir, éventuellement, l'intention de récidiver. Nous considérons comme inadmissible toute forme de répression individuelle, soumise à l'arbitraire policier, et entendons soutenir activement tous ceux qui en seraient victimes. Nous demandons que soient prises les mesures suivantes:
- Dépénalisation totale du cannabis, de son usage, sa possession, sa culture (autoproduction) ou son introduction sur le territoire français en quantités de consommation courante.
- Ouverture de centres d'information sur les substances psychotropes, en ordre alphabétique: alcool, cannabis, cocaïne, héroïne, LSD, médicaments, tabac, etc.
Nous n'avons que faire de la légalisation de la marijuana, ni de sa commercialisation. Si des trusts à joints s'en emparent, c'est une question de société. Ce texte n'est pas un appel à la consommation. Il vise seulement à mettre fin à une situation absurde.»

 

Signataires :
Abrahams Jean-Jacques, Annabel, Areski, Dr Atlan H., Alessandrini Paul, Alessandrini Marjorie, Arietta Adolfo, Anquetil Gilles,
Backman René, Bourgeade Pierre, Béranger François, Berger Claude, Bizot Jean-François, Baratier Jacques,

Bastide Jean-Pierre, Bouteille Romain, Bardet Vincent, Bodevent Jean-Louis, Barouh Pierre, Bost Jacques-Laurent, Bok Philippe (médecin), Colombel Jeannette, Coste Patricia, Chesneaux Jean, Copi, Clémenti Pierre, Castagnet Paul, Copferman Emile, Carpentier Jean (médecin), Cahiers du cinéma, Calvet Louis-Jean, Cullaz Maurice,
Deleuze Gilles
, Duits Charles, Dollé Jean-Paul, Dupré Jean-Louis, Dubois Bernard, Davezies René, Devy Michel, Dachy Marc, Dautin Yvon, Delessert Philippe, Dosse Roger, Druillet Philippe, Dietlin Eric, Dubenton Anne, Erlinguer Serge (médecin),
Fromanger Gérard, Font Patrick, Ferré René, de Fréminville Bernard (médecin), Fluence, Fourastié Philippe, Glucksmann André, Grasset Jean-Baptiste, Geismar Alain, Guattari Félix, Gotlib, Gébé, Gir Múbius,
Haines Jim, Held Jean-Francis, Houdart Blandine, Huppert Isabelle, Isserman Dominique, Ithurriaque Jean (médecin), Jaubert Alain, Jacquot Benoît, Kalfon Jean-Pierre, Kouchner Bernard (médecin), Karsenty Serge, Kan Alain,
Levy-Leblond Jean-Marc, Levy-Leblond Elisabeth (médecin), Le Forestier Maxime, Landau Maria (médecin), Letté Jean-Paul, Lyotard Jean-François, Lauten Elodie, Lacroix Hugo, Levaillant Yvon, Lagrange Valérie, Laperrousaz Jérôme, Lafont Bernadette, Leclerc Henri ,(avocat),
Mandryka, Mallerin Daniel, Marc'O, Matricon, Mercadet Léon, Matzis Costas, Meunier Jean-Louis, Magny Colette, Muchnik Nicole, Morello Dominique, Maulineux Maud, Mercanton Isabelle, Morin Edgar, Manceaux Michèle, Mémmi Michael, Merleau-Ponty (avocate), Negroni François, Najman C., Nicoulaud Gilles, Oswald P.-J., Oswald Hélène, Ogier Bulle, Orla,
Pinhas Richard, Pleyney Marcellin, Pradalié Philippe, Pasquet Sylvaine, Rauch Alain, Revault d'Allonnes, Reed Will, Renault Philippe, Rouzaud Jean, Ribbes Jean-Paul, Rochefort Christiane, Roche Denis, Raguenès Jean, Righini Marielle, Rosso Serge-Bruno, Richard Jean-Vincent,
Sollers Philippe
, Saint-James Daniel, Sarduy Severo, Sery Patrick, Samuel Laurent, Savary Jérôme, Simmonet Dominique, Szejer Myriam (médecin), Tavernier B., Timsit (avocat), Topor, Tobias, Thérame Victoria, Verlhomme Hugo, Vannoni Patrice, Varela José, Van Eersel Patrice, Vasca Jean, Verdier Joan Pau, Val Philippe, Yelnik Jean-Benoît, Zouzou, France Léa, Sami Ayari, Châtelet François.

Pour plus d'infos, deux sites: tout d'abord, un article de Rue89 sur le sujet, et ensuite, THE OFFICAL WEB SITE OF THE APPEL DU 18 JOINT.

 

22joint


@ suivre...